Me François-Xavier T. Doyon commente les peines minimales au Canada pour la perpétration de crimes reliés aux armes à feu.

Me François-Xavier T. Doyon, il s’agit d’une « tape sur les doigts du gouvernement conservateur et d’une excellente nouvelle pour les droits et libertés de chacun. » Il explique qu’il est essentiel dans le domaine judiciaire que les peines soient individualisées. Le crime doit demeurer puni, pas seulement en fonction du crime lui-même, comme le prévoyaient les peines minimales, mais bien selon un ensemble de facteurs propres à l’individu ayant dérogé à la loi.

Cliquez ici pour lire l’article.