Lorsque le contre-interrogatoire est terminé, la partie qui a appelé le témoin a le droit au réinterrogatoire. La portée du réinterrogatoire est limitée à des questions sur lesquelles le témoin a été contre-interrogé. Le réinterrogatoire n’est pas un « réinterrogatoire en chef ».

L’objectif du réinterrogatoire du témoin

Le but de réinterrogatoire est en grande partie d’expliquer certaines réponses ou encore de réhabiliter le témoin sur certaines questions. Le témoin a l’opportunité, par l’entremise de l’avocat qui l’a amené à la barre, d’expliquer, de clarifier ou de qualifier des réponses préjudiciables données en contre-interrogatoire relativement à la cause de l’avocat.

Le réinterrogatoire ne peut généralement pas introduire des questions qui n’ont pas été abordées

L’avocat ne peut, cependant, introduire de nouvelles questions dans le réinterrogatoire relativement à des sujets qui auraient du être couverts dans l’interrogatoire en chef. Il peut arriver, cependant, que le juge du procès qui permet l’introduction de nouvelles questions dans le cadre du réinterrogatoire, permette à la partie adverse de contre-interroger sur les nouvelles questions. Il semble aussi permis à l’avocat de procéder à un réinterrogatoire relativement à de la preuve inadmissible qui a été mise en lumière dans le cadre du contre-interrogatoire tout comme relativement aux réponses données volontairement par le témoin, mais qui ne répondaient pas nécessairement à la question.

La règle interdisant les questions suggestives s’applique.